Facebook

Burn-Out – Quand le mental dit stop

 

 

Le Cri - symbolisant l'homme moderne

emporté par une crise d'angoisse existentielle

(Edvard Munch 1893)

 

«Aujourd'hui, je n'en peux plus... finalement le jour est arrivé où....je craque....rien ne va plus! Après plusieurs nuits d'insomnie et de crises de paniques nocturnes, me voici un matin assise devant la table de la cuisine, en pleurs, incapable d'aller travailler, incapable même de m'habiller. Je resterai en peignoir jusqu'à midi contrairement à mon habitude. Dans ma tête c'est le vide complet: je ne sais pas ce que je fais là, je me sens perdue...je n'ai plus envie de faire quoi que ce soit. Mon mari me parle....mais je n'écoute pas, de toute façon je ne saurais que répondre.

J'ai l'impression que ma vie s'est arrêtée net...sans préavis…. c'est le néant. Je ne comprends rien. Je soupçonne une dépression, la ménopause (eh oui...les hormones !) ou encore le début d'un trouble bipolaire. Finalement je me ressaisis et je prends rendez-vous avec le médecin de garde: physiquement je me sens mal, j'ai des palpitations, mon cœur s'emballe. Le médecin me demande ce qu'il m'arrive. Je commence à décrire ma situation actuelle (professionnelle surtout). Il m’arrête presque tout de suite. Son verdict: Burn-out!!! Une semaine d'arrêt...Dans l'après-midi j'appelle une amie, infirmière. Je lui raconte ce qu'il vient de m'arriver. Sa réaction immédiate: Burn-out!! Je n'y crois toujours pas! Un burn-out, moi?! Je ne vois absolument pas pourquoi ce «mal-être à la mode» me toucherait, moi?! Je ne m’imaginais pas si fragile...

Je passe la semaine de l’arrêt de travail dans une sorte de brouillard. Je m'occupe vaguement mais en même temps j'ai l'impression de rien faire. Je me sens comme dans du coton. A la fin de la semaine je ne vois pas comment je pourrais retourner travailler le lundi suivant. Je prends donc rendez-vous avec mon médecin traitant pour ce jour-là. En entrant dans son cabinet je pleure déjà. Il me pose quelques questions et de mes réponses il déduit – vous l'avez certainement deviné - Burn-out. L'arrêt maladie sera prolongé de quinze jours (puis, plus tard, encore d'un mois, suivi d'un mois supplémentaire). Le traitement? Mon médecin est homéopathe, donc il me prescrit quelques globules. Il me conseille surtout de RIEN FAIRE ou de NE FAIRE SEULEMENT CE QUE J'AIME FAIRE. A ce moment-là, je me sens complètement dépassée... C'est une plaisanterie? Qu'attend-il de moi? Il ne me comprend pas, en fait il ne comprend rien!!"

Ainsi commence en 2016 l'histoire de mon propre burn-out....

 

En France plus de trois millions de personnes sont exposées à un risque élevé de burn-out! Ces chiffres sont plus qu'alarmants. Cependant le burn-out n'est toujours pas reconnu comme une maladie professionnelle et même les assurances perte de revenu refusent souvent la prise en charge, ce qui peut engendrer des problèmes financiers importants en cas d'arrêt de travail prolongé.

Le burn-out est un phénomène en augmentation constante depuis les années 1970. Il trouve son origine – pour une part au moins - dans l'organisation du travail. Mais c'est loin d'être la seule cause, contrairement au message souvent passé par les médias; à la toute-puissance du travail s'ajoute surtout le sentiment d'un manque de reconnaissance (professionnelle et/ou généralisée), une augmentation importante des charges et de la pression dans le cadre familial et, finalement le non-respect de soi devenu un phénomène de notre vie moderne.

 

Qui est concerné?

Même s'il n'existe pas LE profil-type exclusif, il s'avère que certaines personnes sont plus souvent touchées par le burn-out que d'autres:

  1. Les professionnels de santé, les travailleurs sociaux, les enseignants, les pompiers...
  2. Les personnes ayant une conscience professionnelle excessive, souvent perfectionnistes et pointilleuses mais parfois mal organisées (dans leur travail);
  3. Les personnes prédisposées à l'anxiété;
  4. Les femmes: de plus en plus impliquées professionnellement, elles doivent alors gérer en même temps leur vie professionnelle et les soucis de leur vie familiale (dans ce cas on parle d'un burn-out maternel/familial).

 

Les symptômes

 

Le burn-out est souvent associé à la surcharge, à la fatigue ou à l'épuisement. Il existe de nombreuses manifestations physiques et psychiques qui le caractérisent – et qui le différencient d'ailleurs en partie de la dépression:

  • Vous avez mis très longtemps à reconnaître vos difficultés malgré les signes d'alerte multiples et ceci parfois jusqu'au déni;

  • Vous avez refusé toutes les propositions d'aide, de soins, de repos,...;

  • Vous avez remarqué des troubles de mémoire immédiate, le manque du mot, des oublis,...;

  • Vous avez du mal à vous concentrer même sur les tâches simples;

  • Vous ressentez une fatigabilité inhabituelle;

  • Votre « to-do-list » s'allonge, vous procrastinez, vous êtes débordé, vous avez du mal à hiérarchiser des tâches (mêmes habituelles) et à organiser votre journée. Vous ne trouvez plus votre rythme;

  • Vous n'arrivez plus à respecter vos horaires; Le temps vous paraît trop court. Vous avez l'impression d'être toujours en retard;

  • Vous éprouvez une souffrance importante en rapport avec votre travail:chaque appel, chaque mail vous stresse, toute situation vous rappelant un contexte professionnel vous est insupportable. - Vous êtes angoissé – vous pouvez même être sujet à des crises de panique;

  • Vous travaillez de plus en plus et avez du mal à déléguer. Vous ne vous rendez pas compte que vous négligez vos plaisirs, vos amis, votre famille...vos besoins personnels et votre propre vie!

  • Vous vous engagez parfois sans réfléchir, vous avez du mal à dire non, vous prenez plus de risques professionnels que d'habitude;

  • Vous ruminez sans cesse, votre mental ne s'arrête plus (ce qui peut provoquer des troubles du sommeil...);

  • Vous constatez une modification de votre caractère et de votre personnalité (irritabilité, nervosité, intolérance, froideur, cynisme, attitude autoritaire et/ou excessivement exigeante). Votre entourage note aussi ces changements. Vous subissez des sautes d'humeur jusqu'ici inconnues, passant de la joie à la colère, la tristesse ou à un état dépressif en peu de temps et sans raison évidente. Vos réactions émotionnelles sont démesurées voire déplacées par rapport aux sollicitations extérieures;

  • Vous vous sentez frustré, découragé, persécuté. Ceci entraîne souvent une perte d'estime de soi qui peut aller jusqu'au sentiment d'anéantissement;

  • Vous observez chez vous des troubles physiques fonctionnels multiples et souvent changeants: maux de tête, migraines, vertiges, douleurs diffuses ou localisées, troubles digestifs, troubles articulaires, tensions musculaires, problèmes de dos, malaises cardiaques, problèmes dermatologiques (allergies,...);

  • Vous constatez des changements dans vos habitudes alimentaires;

  • Vous sentez que la pression monte. Vous avez peur de vos propres réactions (crise de colère, besoin de crier, envie de partir et de tout quitter, idées suicidaires). Vos relations avec votre entourage se dégradent, les conflits conjugaux/familiaux se multiplient.

  • La dernière étape est souvent un abandon interne et externe ainsi qu'un isolement social qui peut aller jusqu'à l'effondrement psychique, physique et émotionnel complet.

 

Un danger insidieux

 

Selon la psychologue Catherine Vasey «le burn-out est un processus et non un état»:

son évolution et lente et insidieuse, il est donc souvent difficile de s'en rendre compte soi-même ainsi que d'en alerter son entourage, ce qui mène très fréquemment à un déclenchement brutal et inattendu.

 

Comment s'en sortir ?

 

Dans la plupart des cas - une fois que le diagnostic burn-out est tombé - un arrêt maladie plus ou moins long est décidé par le médecin (en moyenne entre 3 et 18 mois). Mais la prise en charge du burn-out ne s'arrête pas là! La relaxation, un accompagnement psychologique adapté, des activités créatives couplées à des activités physiques et, dans certains cas, la prescription de médicaments sont des piliers fondamentaux pour réduire - dans un premier temps déjà - le stress et l'anxiété.

Mais méfiez-vous: une simple pause ou un congé ainsi qu'un réaménagement du temps de travail - souvent proposé - ou encore des conseils pour mieux gérer votre temps et les tâches de votre vie quotidienne ne sont pas des solutions miracles et ne suffisent pas pour vous permettre de reprendre sereinement votre vie en main! La guérison du burn-out est un processus long, qui passe par plusieurs étapes, notamment l’effondrement ou l'embrasement (burn = brûler, c'est souvent le moment où le burn-out est diagnostiqué), suivi par la phase retraite-ressourcement et finalement la reconstruction. C'est un processus très individuel, donc personne ne pourra vous dire combien de temps il durera!

Malheureusement il y a beaucoup de personnes qui, cédant aux pressions, essaient de reprendre leur travail très rapidement: pression de notre société de devoir fonctionner, pression qu' on se met soi-même, car tous nous avons appris à nous définir en fonction de notre efficacité. Dans ce cas le risque est considérable de très vite retomber dans les vieilles habitudes et dans le tourbillon du cercle vicieux: le prochain effondrement psychique et physique est quasiment préprogrammé.

Un burn-out est le signe alarmant qui nous dit que «rien ne va plus». Il est vécu comme un grave choc émotionnel car notre subconscient sait pertinemment qu'après un burn-out rien ne sera plus comme avant. Mais...

 

...Si l'on considérait le burn-out comme une chance ?!

 

Faire un burn-out n'est pas un signe de faiblesse ni un échec !

Beaucoup de personnes qui ont souffert d'un burn-out témoignent que cette période très difficile de leur vie aura finalement été une grande chance, une réelle opportunité, une libération, une véritable renaissance... en somme une crise qui les aura sauvé d'elles-mêmes.

Au premier abord, ces affirmations peuvent paraître surprenantes voire choquantes pourtant, correctement pris en charge, le burn-out peut se révéler un nouveau départ, un début de la recherche de soi-même!

Remerciez votre corps et votre esprit de vous avoir arrêté et profitez de cette période pour retrouver vos passions éteintes, vos valeurs profondes. Ralentissez et prenez le temps de vous recentrer, de réapprendre le respect de vous-même et de redéfinir vos envies, vos besoins, vos possibilités et vos limites!

Saisissez cette opportunité de redevenir vous-même et de renaître tel le phénix de ses cendres!

 

Ce que je vous propose:

 

Le sentiment de ne pas être à votre juste place, de ne pas vivre vos besoins ni vos envies les plus profondes consomme toutes vos énergies et vous use.

Je vous propose de vous accompagner sur votre chemin vers la (re)découverte de vous-même. Selon votre rythme, vos besoins, vos possibilités et vos motivations nous reverrons tous les aspects de votre vie que vous aimeriez réajuster: votre vie professionnelle et émotionnelle, vos relations familiales, amicales ou amoureuses, vos attentes, vos croyances, vos valeurs, vos envies,...

A l'aide de différentes techniques (EFT, Coaching, technique du miroir, activités créatives,...) vous retrouverez le plaisir de vous épanouir et d'être enfin vous-même!

 

L'oiseau de feu

- Natalia Ponomareva 2013 -